Plus changeant que les marbres

Publié le par Lionel Droitecour

... Tout m’y rejoint, granit plus changeant que les marbres ...

... Tout m’y rejoint, granit plus changeant que les marbres ...

Du bois de notre peau jusqu'à la chair des arbres
Il est peu de distance. Au vieux pays Creusois
Je sais plus d'un ancêtre que j'ai enlacé,
Jadis en mon enfance ; à se tenir debout,

Plus droit, fière frairie, des plus vastes, surtout.
Et puis l’humble layon en ma sente, tracé,
Pareil à une source. Ainsi, sans que j’y sois,
Tout m’y rejoint, granit plus changeant que les marbres.

Je me souviens toujours de ce qui fut en moi,
Toutes les sensations engrangées comme grains,
Moissonneur inconscient du plus parfait poème.

Oh, rives embaumées au seuil de l’amour même,
Pages aux mains ouvertes, deuil de mes chagrins,
Chambre de mes plaisirs, coursives de ma joie.

juillet 2016

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article