Portique

Publié le par Lionel Droitecour

... Portique de ma joie et de la nostalgie, / Désormais ...

... Portique de ma joie et de la nostalgie, / Désormais ...

Sous le hangar disjoint qui couvre sa misère
Il sombre et meurt, ruiné, le portail de jadis,
Moussu et vermoulu et mangé de vermine ;
Livré, comme à l’injure, à la brume, aux froidures.

Fermant la cour aux chiens, aux poules, à leurs chiures,
Il s’ouvrait au bonheur que l’enfance illumine
Au cœur d’une grand-mère. Arche du paradis,
De l’éternel été inondé de lumière ;

Portique de ma joie et de la nostalgie,
Désormais, où je puise, habillé d’amertume,
L’encre de ce poème. Et mon verbe frissonne,

Inepte finitude où l’âme s’emprisonne,
Aux porches oubliés que la mémoire exhume,
Sentinelle futile, improbable vigie.

février 2007

Extrait de mon recueil : " L'arbre du vent "

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article