Promontoires

Publié le par Lionel Droitecour

... Dans le matin contrit on s’éveille sans gloire, / Pareil à ce vaisseau bouté aux promontoires ...

... Dans le matin contrit on s’éveille sans gloire, / Pareil à ce vaisseau bouté aux promontoires ...

Qui sait ce que je suis dans l’antre du sommeil,
Quel chœur résonne en moi, quelle bouche vermeille

Épelle son comptoir au creux de mon oreille
Et dans l’esprit dormant, trame un souvenir vieil ?

Nos âmes sont peuplées d’écho de nos mémoires
De restes en lambeaux qui ne veulent finir,
Ce que nos mains, jadis, n’ont pas su retenir,
Aux tombées de la nuit macère dans ces moires.

Et nous sommes le jeu de nos propres histoires,
De nos propres désirs la victime expiatoire,
Qui roulent sur nos reins comme des exutoires.

Dans le matin contrit on s’éveille sans gloire,
Pareil à ce vaisseau bouté aux promontoires,

Éventré sur l’écueil, naufragé dérisoire.

avril 2013

Publié dans Névrose

Commenter cet article