Survivance

Publié le par Lionel Droitecour

Giacomo Girolamo Casanova (1725-1798), extrait du manuscrit de "l’Histoire de ma vie"

Giacomo Girolamo Casanova (1725-1798), extrait du manuscrit de "l’Histoire de ma vie"

Morte ma destinée. C’est au bord du chemin
Que périra, demain, mon âme, parchemin
Que j’ai tant griffonnée de l’inepte rature
De ce verbiage abscond, pour tromper ma nature.

Et mortes mes saisons, même mon espérance,
Endeuillée à jamais depuis l’aube d’enfance ;
Je ne suis qu’un damné habité de son doute
Qui voit se perdre, au loin, une trop longue route.

Je n’ai jamais rien fait de bon que mes amours,
- Encore en suis-sûr en leurs vagues contours ?
Quand, dans le soir qui vient, j’ai si peu de regrets.

Ma plume, quelquefois, aux abords malingrets,
En est le noir témoin aux trames d’un sang d’encre,
En mon sein qui attend que la nuit lève l’ancre.

janvier 2012

Publié dans Névrose

Commenter cet article