Terre cuite

Publié le par Lionel Droitecour

Henri-Théophile Bouillon (1864-1934) Petit buste de Saint Jean Baptiste enfant, détail

Henri-Théophile Bouillon (1864-1934) Petit buste de Saint Jean Baptiste enfant, détail

Ne pas laisser mourir l’enfant qu’on porte, soie ;
En la retraite intime ultime et seule voie
Qui s’entrouvre en nos cœurs, murmure sur la seille,
Ruisselante dans l’heure où s’inscrit notre veille.

En l’émotion native où tout n’est que prière
Retrouver cette trace en la sente première
Où s’inscrivait, jadis, au murmure de l’eau
Une source appelée à nourrir un ruisseau.

Y court une espérance, évadée vers la mer
Et, dans le bruissement de notre chair futile,
Une esquisse s’invente et passe, en notre argile ;

Terre cuite au relent de ce désir amer
Qui s’échappe de nous pour sourdre de l’embrun
Où l’enfance surgit, dans l’âme d’un refrain.

mars 2008

Publié dans Enfance

Commenter cet article