Heure bleue

Publié le par Lionel Droitecour

... Mon silence emporte tant de rumeurs outrées / Que je brise mon sort en l’écueil de la rime ...

... Mon silence emporte tant de rumeurs outrées / Que je brise mon sort en l’écueil de la rime ...

Attendre en l’heure bleue que l’angoisse se taise,
Bercer son âme nue en l’antique fournaise
Et puis de la douleur se faire une émotion
Dans le vague des mots, comme une dévotion.

Il n’est point d’ornement à notre déchirure,
Ne te consume pas au gré d’une morsure,
Il est une ombre en toi qui recherche la nuit,
Dans la giberne obscure où le temps morne fuit.

Ainsi, dans l’attitude où le corps se concède,
Transie comme le mal notre instance procède
À verser sa substance en d’étranges contrées.

Mon silence emporte tant de rumeurs outrées
Que je brise mon sort en l’écueil de la rime,
Où ma rune en lambeaux obstinément s’arrime.

novembre 2015

Publié dans Fongus

Commenter cet article