Morte élégie

Publié le par Lionel Droitecour

... Elle pépie toujours et jase et se répand, / J’en ferais un portrait, quelque jour, en chanson ...

... Elle pépie toujours et jase et se répand, / J’en ferais un portrait, quelque jour, en chanson ...

Face à cette bavarde, impossible d’écrire.
J’essaye vainement de rassembler mes sons,
Musique d’apparence en mes charrois divers…
Mais non, las ! Rien à faire, il faudra que j’abdique.

Poète je demeure en cet emploi, stoïque,
Résigné. Malgré tout, je hume en ce revers,
Des remugles obscurs en vagues unissons,
Plus d’espérance ici, ma verve est à proscrire.

Je ferme le cahier maudissant l’importune,
Elle pépie toujours et jase et se répand,
J’en ferais un portrait, quelque jour, en chanson.

L’inspiration ainsi y prendra sa rançon
Et que je sois maudit si jamais m’en repens :
D’un poème perdu amère est l’infortune !

janvier 2015

Publié dans Portrait

Commenter cet article

LADY MARIANNE 12/05/2017 11:07

trop bien ! pour quelqu'un d'importuné !!
super !! bravo ! bizzzz