Azimut

Publié le par Lionel Droitecour

Pierre, accordeur, calligraphie, aussi, dessine joliment et pratique l'amitié comme un art de vivre

Pierre, accordeur, calligraphie, aussi, dessine joliment et pratique l'amitié comme un art de vivre

Lors tu fus pierre, Pierre, au pas de ce poème,
Quand, sur le nœud gordien de la dernière strophe,
Vainement, hésitant, je cherchais l’apostrophe
Ton rire, au téléphone, à vaincu mon carême.

Ainsi, comme souvent ma verve accoutumée,
D’une blague à deux sous, facétieux calembours,
D’une grossière farce ou d’un subtil discours
Tu sais vaincre l’ennui d’une muse enrhumée.

Et nous voguons, alors, au pays de palabre,
Compagnonnage errant sans but et sans misaine,
Dont la dérive est seul azimut aux chimères.

Allons, muse un baiser : ce sera pour ta peine,
Si l’amitié fait naître, aux ors du candélabre
D’une mèche fumeuse un brasier de lumières !

octobre 2010

Publié dans Amitié

Commenter cet article