Ghettos

Publié le par Lionel Droitecour

... Écoute enfin la voix des barbares instances, / Le cri des profondeurs de l'humain méprisé ...

... Écoute enfin la voix des barbares instances, / Le cri des profondeurs de l'humain méprisé ...

1.
Écoute ces muets qui parlent en silence,
Emmurés dans leurs vies par le fer des névroses :
Ils discourent en eux sans cesser de se taire.

Anonyme légion de nos brumes humaines
Qui passe à nos cotés et colore nos jours,
Mutisme inébranlable, harmonie vide et creuse,

Monotones élans de ceux qui vont et meurent.

2.
Écoute, chant secret, les intimes angoisses,
L'appel désespérant des murs froids de nos villes ;
Solitude chenue, dévorante et tenace

Qui hante la nuit bleue sous le néon têtu.
Écoute la douleur qui parle par ces rues
Où la crasse se mêle aux crachats des mourants,

Pour voiler de dégoût l'aube qui passe et meurt.

3.
Écoute enfin la voix des barbares instances,
Le cri des profondeurs de l'humain méprisé
Qui lance ses tam-tams à l'assaut des cités :

Il est dessous l'asphalte une révolte sourde,
Suintement sanglant de l'exclusion en marche
Qui prépare le temps de l'anarchie vitale !

Écoute : l'avenir meurt aux portes des ghettos.

novembre 1993

Publié dans Citoyen

Commenter cet article

LADY MARIANNE 10/06/2017 10:35

destin coupé court-
en ce 10 juin une pensée aux habitants d' Oradour sur Glane-
bises amicales-