Inexorablement

Publié le par Lionel Droitecour

Hokusai (1760-1849), Ejira, Province de Suruga, série des Trente-six vues du Mont Fuji, v. 1831

Hokusai (1760-1849), Ejira, Province de Suruga, série des Trente-six vues du Mont Fuji, v. 1831

Je suis la plaine dévastée
Après la grande pluie d’orage,
Après la nuit, l’aube effacée
Jusqu’aux décombres du naufrage.

Mon étrave n’est plus qu’un songe
Une inanité mon voyage,
Incursion au bout de ma longe,
Perdition de mon héritage.

Non, rien jamais n’est découvert.
Tout sombre, se brise et se perd
Sous le limon ma triste épave ;

À fleur de sel, au gouffre lent
Geint l’écueil où tout se délave,
Et meurt inexorablement.

mars 2016

Publié dans Fongus

Commenter cet article