Musique du regret

Publié le par Lionel Droitecour

... Comme les frondaisons outrées par les grands vents ...

... Comme les frondaisons outrées par les grands vents ...

Ce calme relatif où bruit tant de silence
Vers l’argutie du soir effondrée dans l’instant ;
Ce bavardage clos où plus rien ne s’échange,
Sinon, sous les mots creux, qu’un vide exaspéré ;

Comme un moutonnement de verbiage inutile,
Comme les frondaisons outrées par les grands vents,
Comme la pluie, mouillant l’interstice des heures,
Comme tout ce qui nait, se dévoile et se tait ;

Enfin, mourantes eaux, comme la berge offerte
À l’estran qui s’arrime à ce rythme lunaire,
Imprécise clarté où veille notre ego ;

Tout cela disparaît, brassées en nos poitrines,
Tel ce cœur qui fut notre et berça nos regrets,
Rimes, musique morte, amer et vain tempo.

23 mars 2016

Publié dans Musique

Commenter cet article

alain l. 12/07/2017 07:40

Salut Lionel ...
Magnifique poème et belle vidéo ...

Et puis j'adore Satie ...

@t
alain