Telles lianes

Publié le par Lionel Droitecour

... lové telles lianes / Au port d’incertitude où je pose mon sac, / Amer, désemparé ...

... lové telles lianes / Au port d’incertitude où je pose mon sac, / Amer, désemparé ...

J’ai écrit plus de vers que n’ai vécu de jours…
En ces mots exhalés s’inhument mes séjours,
Le doute est en mon front incrusté par le verbe
Et tant d’espoirs reclus au sillon de ma gerbe.

Reste la nostalgie au soir noyé de brume
Aux embruns, à la vague, aux rocs et à l’écume
Du banc de sable où s’échoua mon infortune
Aux dentelles de mots que la brise importune.

L’onde disperse au vent l’écho de ma chanson
Et la mer vagabonde emporte mon ressac
Jusqu’au déclin du monde aux rives océanes.

Mais je reste arrimé, lové telles lianes
Au port d’incertitude où je pose mon sac,
Amer, désemparé, dépourvu d’illusion.

juin 2007

Publié dans Nostalgie

Commenter cet article