Vers les hauteurs

Publié le par Lionel Droitecour

De la main du Maître de Leipzig, ces quelques mots : Choral Da Capo // Soli Deo Gloria

De la main du Maître de Leipzig, ces quelques mots : Choral Da Capo // Soli Deo Gloria

Sourd au monde, souvent, j’ai mes conversations
Que nul ne vient troubler avec un maître ancien ;
La fugue sous ses doigts y peuple mon errance,
J’écoute en cette voix où parle mon silence.

Et son discours, porté aux ailes de mémoires
Éveille ma pensée, dissipée de ses moires.
En l’harmonie sacrée qui lie mon cœur au sien,
Des cieux et de la terre se tracent conjonctions

Aux lignes d’horizon où je tente mes rimes.
Et ce maître sublime au sextant de ma vie
Du sel de l’océan, embrun de ses musiques,
À mon espoir déçu emporte les suppliques.

Alors monte une aurore où mon âme s’adoube
Et, libéré du sol où s’enlise ma tourbe
Sa main m’élève aux nues où, calme il me convie
Pour cueillir l’infini, ainsi la fleur des cimes.

mars 2008

 

Sous la direction pleine d'alacrité de Peter Schreier, un extrait de l'Oratorio de Noël de Bach...

Publié dans Musique

Commenter cet article