Fleurs immatérielles

Publié le par Lionel Droitecour

... Abreuvant d’idéal les fleurs immatérielles / Que j’esquisse aux frontons des rimes d’obsidienne ...

... Abreuvant d’idéal les fleurs immatérielles / Que j’esquisse aux frontons des rimes d’obsidienne ...

Chanter, chanter toujours, malgré le mal en soi,
Avancer, calme et droit, une note après l’autre,
Là où la mort nous mène, au baiser de Charon,
Sur l’esquif, en viatique, un chant pour ce larron.

 

Ainsi le chantre abstrait de sa propre douleur,
Dessous un ciel livide extraire une couleur,
Un éclat, un reflet, refrain qui soit le nôtre,
Un songe mélodieux pour unique charroi.

 

Hélas, je ne suis pas cette âme musicienne,
J’ai besoin des émois de ces lyres plurielles,
Sonates en échos qui portent mes accents.

 

Ondée en mon désert, la musique descend
Abreuvant d’idéal les fleurs immatérielles
Que j’esquisse aux frontons des rimes d’obsidienne.

 

février 2013

Publié dans Musique

Commenter cet article