Cannibales

Publié le par Lionel Droitecour

... Et cette faim de soi, en notre âme farouche / Qui lance vers la nue un désir aux abois ...

... Et cette faim de soi, en notre âme farouche / Qui lance vers la nue un désir aux abois ...

La chair tendre d’un arbre écoulée dans ma bouche
En croquantes issues ; pommes sures, noisettes,
Brisures, craquements, cerneaux, noix et noyaux :
Offrandes de la vie que parcourt la semence.

Et ce flot continu aux veines du silence,
Mélange d’intellect, viscères et boyaux,
Cheminement obscur des pensées en disettes ;
Puis cette faim de soi, en notre âme farouche,

Qui lance vers la nue un désir aux abois.
L’adultère inhumain abouche la nature
Et dévore ce lieu en gestes cannibales ;

Il poursuit sa conquête et ses guerres tribales,
Souillant l’aurore offerte, il en fait une ordure
Pour des peuples vaincus par ses barbares lois.

novembre 2007

Publié dans Citoyen

Commenter cet article