Hasard d'une rencontre

Publié le par Lionel Droitecour

George Wesley Bellows (1882-1925) Portrait d'un garçon, 1905, détail

George Wesley Bellows (1882-1925) Portrait d'un garçon, 1905, détail

Ce grand garçon timide à l’air préoccupé,
Adolescent songeur au doux regard d’enfant…
Sous le voile abaissé de ses paupières closes,
Je peins un lourd chagrin aux replis de son corps.

Ce manque sur ma rive, en lui sombres décors,
En cette aube, silence levé sur mes gloses,
Invention fantasmée dont nul ne me défend,
N’est qu’un écran de verbe à mon esprit dupé.

Ainsi projetons-nous, au hasard des rencontres,
En le flot quotidien, sur l’inconnu qui passe
L'armature improbable où sont nos illusions.

Et, comme environnés de tous nos alluvions,
Nous sommes ce voyant d’un réel qui trépasse
À nos lèvres sanglots affleurant de nos montres.

mai 2012

Publié dans Portrait

Commenter cet article

Avisferrum 06/10/2017 11:26

"Ainsi projetons-nous, au hasard des rencontres,
En le flot quotidien, sur l’inconnu qui passe
Une armure improbable où sont nos illusions."

Tellement vrai...