Jointures

Publié le par Lionel Droitecour

"... Pour que ta vile engeance en mon âme s’embourbe, / Aux jointures des os où ton croc vient rogner ?..."

"... Pour que ta vile engeance en mon âme s’embourbe, / Aux jointures des os où ton croc vient rogner ?..."

Je sens mon âme prête au vain renoncement.
Mais il me faut lutter ; de cette morne étreinte,
Où le chagrin me tient, desserrer quelque peu
L’atroce nœud gordien de la goule sanglante.

Eh, ma vieille névrose, es-tu enfin contente,
Usant à l’émeri mon corps meurtri et bleu,
Grattant la cicatrice où ta rumeur suinte
Suis-je bon ouvrier de ton agacement ?

Eh, chiendent de misère où le mal vient cogner,
Suis-je ce bon terreau, nourri de noire tourbe,
Où s’en viendra fleurir ta corolle malsaine ?

Ai-je enfin, pour moi-même, assez de tendre haine
Pour que ta vile engeance en mon âme s’embourbe,
Aux jointures des os où ton croc vient rogner ?

juin 2012

Publié dans Résilience

Commenter cet article