Ma simple quête

Publié le par Lionel Droitecour

Hendrick Martenszoon Sorgh (vers 1610-1670), Le joueur de luth, détail

Hendrick Martenszoon Sorgh (vers 1610-1670), Le joueur de luth, détail

N’écoute donc pas ma chanson,
Ne sont que vers de mirliton,
Brise d’avril sur l’horizon.

C’est là mon humble ritournelle,
Las, ne lui cherche point querelle
Si passe un jour en ta venelle.

Ce n’est que lame de mon âme,
De ma flamme une simple trame,
Calme, évadée de mon calame.

Ma rime ainsi est ma requête,
Ne prétends à nulle conquête,
Je sais la rendre bien discrète.

Mais si elle touche ta corde,
En ta livrée qu’elle s’accorde,
Douce, y trouverons la concorde.

Et, dans l’oubli de nos asiles,
Loin des risées, des imbéciles
Nous aimerons, tendres, futiles.

juin 2013

Publié dans Musique

Commenter cet article