Mort à l’ite

Publié le par Lionel Droitecour

Clovis Trouille (1889-1975) Le mandrill, 1934, détail

Clovis Trouille (1889-1975) Le mandrill, 1934, détail

Le tatou
Sans tabou

Ni tintouin
Du babouin

Tatoué,
Pas doué,

Se dédit
De l’édit

Sans crédit,
Contredit,

Des mandrills
− Entrent-ils ?

Quel tabac !
Ce débat

Sans début
̶  Quoiqu’on but

À son but
Au rebut.

C’est ainsi,
Que, voici,

On rabat
Ce combat

Au hasard
Sans égard.

Cette fable
Improbable,

Est narrable
Au râble

Du lapin
Sans pépin

Que la tortue,
Tortue,

Battit naguère,
Même aux haltères.

Ainsi s’altère,
Terre à terre,

De La Fontaine
La rengaine.

Le thé du maure à liste
( Aussi naturaliste )

Est, sans forme, alité
Et sans formalité.

C’est la moralité
Dont l’amour à lutté :

Le ragoût du tatou
Sans atout

N’est toujours
Le moins gourd ;

Qu’on natte un cours, babouin,
N’atteint court bas bout, hein,

Que les Mandrills
Quémandent, virils.

août 2015

Publié dans Fable

Commenter cet article