Sans plus de vie

Publié le par Lionel Droitecour

... Sans forme, ainsi les oripeaux, / Sans plus de vie que l’apparence ...

... Sans forme, ainsi les oripeaux, / Sans plus de vie que l’apparence ...

De mon habit de noir désir,
J’ai fait l’apparat de mon doute
Frotté l’horreur de ma déroute
Où la souffrance vient gésir.

Et je me suis payé de mots,
Paroles comme des babioles,
Mes dérisoires paraboles
À mes lèvres, seuil de ces maux.

Extase en la divine absence
Présent sans nulle désinence,
Sans plus que vide en mes tombeaux.

Et, dans l’obscur, au verbe rance
Sans forme, ainsi les oripeaux,
Sans plus de vie que l’apparence.

mars 2016

Publié dans Art poétique

Commenter cet article