Les petits besoins

Publié le par Lionel Droitecour

Francisco Goya, (1748-1828), Riña a garrotazos ( combat au gourdin)

Francisco Goya, (1748-1828), Riña a garrotazos ( combat au gourdin)

Il faut s’interroger sur la rigueur des choses
Et puis laisser aller ce sable dans nos mains,
Ainsi passent sur nous minutes et secondes
Et le cœur bat toujours, hâve dans la poitrine.

Le corps est cette étrange et subtile machine
Qui filtre le réel et sasse nos facondes,
Pour en faire l’écume où gisent lendemains,
Dans un futur précis d’enchaînements, de causes.

Car il faut vivre enfin, faire nos petits soins,
Vaquer jusqu’au moment que la pensée induit
Dans cette apnée de soi où notre âme survient.

Sans cet amas d’humeurs, certes, ne sommes rien,
L’esprit n’est qu’une morve au nez de notre ennui,
Qui cède aux lourds relents de nos petits besoins.

février 2013

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article

Evy 30/01/2018 13:20

Très beau bonne journée