Les pillards

Publié le par Lionel Droitecour

Käthe Kollwitz (1867-1945) Mütter, Krieg, 1919, détail

Käthe Kollwitz (1867-1945) Mütter, Krieg, 1919, détail

L’homme, loup pour lui-même en sa folle arrogance
Solde sa déraison en vaines prétentions,
Ne laisserons-nous donc sur la terre en souffrance
Que la morne marée de nos dérélictions ?

Nous crûmes au progrès, il est notre défaite,
Cannibale impuissant à rassasier le monde,
Machinerie qui rompt des tréfonds jusqu’au faîte
Une terre en travail que notre désir sonde.

Des pillards sans honneur nous donnent la leçon,
Qui engrangent sans honte en gaspillant le fruit
Et maudissent les gueux qui passent, sidérés.

En cet harassement, rustres dégénérés
Sans remords, nous errons, improbable usufruit,
Détrousseurs de macchabs au lit de l’enfançon.

avril 2010

Publié dans Citoyen

Commenter cet article

Evy 31/01/2018 14:49

Bonjour comme toujours très beau bonne journée