En nos bords inconstants

Publié le par Lionel Droitecour

... Boite au cran de l’horloge un pas qui nous décime / Et lentement nous broie...

... Boite au cran de l’horloge un pas qui nous décime / Et lentement nous broie...

Etrangement, parfois, le temps, suspend son vol,
N’en déplaise au poète perdu dans sa rime,
Mais ce n’est pas la joie qui fige nos instants :
L’ennui s’en charge mieux, qui fait le difficile.

Et voici qu’engluée, la course versatile
Qui, chaque jour, nous mène en nos bords inconstants
Boite au cran de l’horloge un pas qui nous décime
Et lentement nous broie, nous mine en son envol.

Voici l’inconsolé dans les soirs infertiles
Qui sent sont âme grise, empesée par le vide
Aux trames ajourées où morne, va notre heure.

Et cette absence, en nous, qui gîte et puis s’apeure
Dans le silence obtus d’un vain songe livide,
Accordé sans amours aux secondes ductiles.

mai 2012

Publié dans Le temps

Commenter cet article

Evy 02/02/2018 15:35

Beau comme toujours bonne journée bisous