Escogriffe

Publié le par Lionel Droitecour

Je rêve dans la nuit d’une prison de mots,
Forteresse de sens où mon verbe est un roi,
Un tyran de parole aux aphorismes creux,
Qui règne sans partage en ma stance muette.

En or, son sceptre s’orne d’une esperluette,
Il déclame en sa rime ses édits nombreux,
Ses vers de mirliton, empli de désarroi,
Brûlent de l’éclat mort des antiques émaux.

À ce grand escogriffe à la lyre surfaite,
Il est en son palais une assemblée de spectres
Qui font musique d’ombre à ce vain matamore.

D’un coupable pardon il file l’oxymore,
Aux concerti bavards de centaines de plectres,
En l'acmé du silence, endormie sur son faîte.

mai 2012

Honoré Daumier (1808-1879) Le Poète

Publié dans Art poétique

Commenter cet article

Evy 24/02/2018 15:36

Un beau rêves de mots bonne journée