Fuite

Publié le par Lionel Droitecour

... Puis fuir dans l’âge adulte en regrettant l’enfance ...

... Puis fuir dans l’âge adulte en regrettant l’enfance ...

Adolescent, le fus-je ?
Je ne me souviens pas de mes colères,
Non plus de mes apaisements.

Seulement la tristesse,
Poisseuse et fade,
Comme un poisson d’eau douce,
Et la face figée de la nuit.

J’étais gros de moi-même en gésine,
Absent, le plus souvent, et détestant ma vie.

Je la sais bien la solitude
Que l’orgueil emprisonne ;
La connaissance pointue des livres
Et ces mots qu’on griffonne,

Mais que nul ne lira.

Et puis ce désespoir qui te monte à la gorge
À donner l’envie de mourir ;
Les griseries aussi, enclose en un dedans,
Incapable d’éclore et qui te fendent l’âme.

Puis fuir dans l’âge adulte en regrettant l’enfance,
Et regarder vieillir, chaque jour, devant sa glace
Celui qu’on ne sera

Jamais.

juillet 2003

 

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article

Joëlle Pétillot 02/03/2018 11:22

"Gros de moi-même en gésine"... "Regarder vieillir...celui qu'on ne sera jamais" Comme tout cela me parle.