Zombies

Publié le par Lionel Droitecour

... Eh, dis-moi, c’est pourquoi tu vis ? ...

... Eh, dis-moi, c’est pourquoi tu vis ? ...

À minima d’un même rêve,
Nous avançons comme zombies
Clients d’un monde à la dérive
Cœurs et âmes tout estourbis.

Il faut aller dans ces fourbis
Chaque journée, morne lessive,
Un moteur y pulse et vrombit
Où sa meule extrait notre sève.

Eh, dis-moi, c’est pourquoi tu vis ?
Quel four maudit sans fin te cuit ?
Qui presse ta gerbe et ton fruit ?

Et, dit-toi, ce qui nous détruit
Prospère ainsi sur nos parvis
Là où ton désespoir recuit.

juillet 2012

 

Publié dans Citoyen

Commenter cet article