Le rêve de Philémon

Publié le par Lionel Droitecour

... Philémon, je voudrais tant perdurer encore / Mêler mes frondaisons aux tiennes dans l’espace ...

... Philémon, je voudrais tant perdurer encore / Mêler mes frondaisons aux tiennes dans l’espace ...

1.
Nous devisions jadis en cet heureux séjour,
La palabre était lieu de nos vierges amours,
Et plus que nos corps nus, assemblés dans l’étreinte,
Nos âmes conjuguées régnaient en cette enceinte.

Des fruits nous ont comblés aux moissons de nos reins,
Portée sur nos parvis, libres doux et sereins,
L’enfance a refleuri sous nos pas de concert
Quand la joie habitait nos colloques diserts.

Et puis le temps a fui, nous a mis à distance
Sans que jamais nos cœurs ne soient mis en partance
Et toujours nous bruissons sous les mêmes ramures.

Oh certes, nous savons la mort au pied du mur
La crainte du silence habite nos foyers,
Il est des eaux demain, prêtes à nous noyer.

2.
Ce que seront bientôt nos âmes en l’exil,
Ce chemin qui nous mène en l’ultime péril
Nous en savons le goût de fiel et d’amertume
Et la roide terreur que cet enfer exhume.

Périr ne serait rien sans le deuil et l’absence,
Ce pas cru où l’horloge imprime sa cadence,
Et l’atonie du sens amputé de son double
Où la douleur aigüe nous enchaîne et redouble.

Non je ne voudrais pas te regarder mourir
Non plus que voir en moi se figer ton sourire,
Quand l’éclat de mes yeux s’éteindra sous l’aurore.

Philémon, je voudrais tant perdurer encore
Mêler mes frondaisons aux tiennes dans l’espace
Pour peupler de nos chants l’éternité fugace.

Lionel, 9 juin 2011

 

Publié dans Amour

Commenter cet article

Evy 04/07/2018 15:32

Souvenirs et douceur bonne journée à toi bis