À l’écho de nos corps

Publié le par Lionel Droitecour

... Et dans le crépuscule ensemencé par nous ...

... Et dans le crépuscule ensemencé par nous ...

J’en appelle à ton sein en la tiédeur du drap,
Dans l’ineffable lutte où l’on est plus qu’une onde,
Nos âmes, adossées dans l’effroi du désir,
Repoussant de la mort l’éternelle complainte.

Et je résonne encor d’une gracieuse plainte,
En l’écho de l’acmé adossée au plaisir,
Quand nous sommes offerts en la chaleur du monde
À tisser le serment que l’azur contiendra.

Et dans le crépuscule ensemencé par nous,
Quand viendra l’heure amère où s’effacent nos pas,
Je sais un horizon où le doute sera.

Mais j’espère dans l’aube où recommencera,
Jusqu’au dernier matin, l’agape d’un repas
Dans l’amour prodigué où le corps se dénoue.

octobre 2011

 

Publié dans Amour

Commenter cet article

Evy 20/05/2018 16:55

Comme toujours c'est un plaisir de te lire bonne fin de journée bisous