Jeux d’ombres

Publié le par Lionel Droitecour

... Dans les blondeurs d’été, de temps en contretemps ...

... Dans les blondeurs d’été, de temps en contretemps ...

Silhouettes, au loin, devant les contre-jours,
Lumières en éclats où culmine midi,
Sous le brûlant soleil se jouent des taches d’ombre.
Ce garçon que son chien tire au bout d’une laisse ;

La femme défleurie qu’un vain amour délaisse,
Un vieillard échoué, perdu, le regard sombre.
En l’heure méridienne où la brise tiédit,
De place en place passent fugaces rebours,

Comme une injure au ciel nouveau dont la douceur
Emporte une douleur qui sourd de ces beaux jours.
Cris d’enfant, contredanses, danse des instants,

Dans les blondeurs d’été, de temps en contretemps ;
Dans l’harmonie, la dissonance des cœurs lourds,
Stances dessus la peau en taches de rousseur.

juin 2007

Publié dans Sensation

Commenter cet article

Evy 28/07/2018 15:13

Beau ses mots bonne journée à toi bisous