Chétive silhouette

Publié le par Lionel Droitecour

... D’un verbe entraperçu, chétive silhouette, / En ce port désormais j’invente un havre, un môle ...

... D’un verbe entraperçu, chétive silhouette, / En ce port désormais j’invente un havre, un môle ...

Il est racine, en moi, ce séjour enfantin,
Esquisse d’un sourire à l’abord de mes rimes.
Etais-je heureux, alors ? Je ne le sais pas bien,
Mille petits malheurs bornaient mon quotidien,

Timide, gauche, tendre et si souvent déçu,
Cachant mes jeux, parfois par crainte d’être vu
Nouant ma solitude en rêveries intimes,
Mon âme se payant de ce menu fretin.

Une tristesse en moi, - en savais la voie ?
Timoré, indolent me désignait pour proie
À la méchanceté roide des cours d’école.

D’un verbe entraperçu, chétive silhouette,
En ce port désormais j’invente un havre, un môle,
Une rade, un secours que hante ma disette.

octobre 2008

 

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

Evy 04/08/2018 15:00

Notre enfance que de souvenirs heureux et malheureux bonne journée à toi bisous