En mon humble grimoire

Publié le par Lionel Droitecour

... Jusqu’à décolorer la nue dans sa nuisance / D’un l’éclat monochrome en son orgueil dément ! ...

... Jusqu’à décolorer la nue dans sa nuisance / D’un l’éclat monochrome en son orgueil dément ! ...

Je me sens corrompu par les livrées des jours,
Au-delà du matin, dont le voile m’espère,
Il n’est plus qu’un revers aux marches quotidiennes
Qui mènent vers le soir notre échine fourbue.

Et la nuit vient enfin, de sa puissance imbue,
Qui règne sans partage aux rives obsidiennes
Où l’ego, ce mentor, élève sa congère
De la trame imparfaite où sombrent nos ajours.

Et ce monstre de soi, qui empli notre histoire,
Jusqu’à décolorer la nue dans sa nuisance
D’un l’éclat monochrome en son orgueil dément !

Mais résister quand même, un peu, ingénument,
Dans le prisme idéal où murmure l’enfance,
Par le chant d’un poème en mon humble grimoire.

septembre 2012

 

Publié dans Névrose

Commenter cet article

Evy 18/08/2018 16:45

Kikou au passage bonne journée bisous