La liseuse

Publié le par Lionel Droitecour

... Notre âme en la mémoire enfouit, profondément, / Fugace, cet éclat humble et particulier ...

... Notre âme en la mémoire enfouit, profondément, / Fugace, cet éclat humble et particulier ...

Penchée sur une page, un doigt contre sa joue
Grave, les yeux baissés, sérieuse, elle lit.
Elle n’est jeune fille, à peine une fillette,
Une aube en son orée, aimable paysage.

Ombre, à la dérobée, j’observe cette image.
Pour nos cœurs le réel est livre qu’on feuillette,
Le monde ainsi, parfois, à l’amble s’embellit
Au fil des destinées, comme un espoir se joue.

Nous nous y arrêtons, puis, bientôt détournée,
Notre âme en la mémoire enfouit, profondément,
Fugace, cet éclat humble et particulier.

Mais nous en retenons, bref instant singulier,
Une pause, un moment, stase d’un battement
Où vient s’ourler l’écho rêveur d’une journée.

septembre 2012

 

Publié dans Sensation

Commenter cet article