Les sanguinaires

Publié le par Lionel Droitecour

Les sanguinaires

Au fond de sa psyché règne le goût du sang :
L’homme est un prédateur, parcourant son histoire
Les armes à la main, affamé de massacres,
De rapine et de viol, excité par la prise.

Barbare est notre essence, et notre humanité
N’est jamais que ce don de détruire en riant
Au nom d’un idéal, à se faire féal
De la camarde noire en construisant des fours.

Y brûle la victime autant que notre crime,
Et ce qui parfois naît au seuil de la conscience
N’appartient pas au monde… Est-ce un dieu qui nous parle ?

Qui dessille nos yeux ? Quel espoir, en l’éther,
Arrache à notre tourbe, en l’espèce grégaire,
Autre chose qu’un cri funeste et sanguinaire ?

mai 2007

 

Publié dans Citoyen

Commenter cet article

Evy 06/08/2018 21:24

Petit passage dans ton univers pour te souhaiter une bonne soirée bisous