Runes

Runes

... Et puis toiser la mort en dessinant ses runes sur la terre, essaimées comme grains de hasard ... Inventorier la nuit de son verbe obsolète, Crever le noir manteau dont se couvrent les jours ; De ces trous de clartés nocturnes, sans regard, Déciller...

Lire la suite

Moulin à vent

Moulin à vent

... Nous sommes tout ensemble et la feuille et le vent, le temps qui nous appelle et l’éternel présent ... Le gamin poursuivait, sa raquette à la main, Les feuilles égrenées, dans la lenteur du jour Par une brise molle en l’automne indolent. Il riait...

Lire la suite

Le diable

Le diable

Albrecht Dürer, (1471-1528), Le chevalier, la mort et le diable (détail) Incarné devant moi j’ai vu le diable, un soir. Je l’avais invité, comme à l’accoutumée, Dans cette solitude où est ma vanité. Il avait de l’allure, une fine élégance, Ni cornu, ni...

Lire la suite

Chronos

Chronos

Portrait du Fayoum Chronos est un dieu pâle, attentif et serein, Qui dessine à grands traits sa sombre perspective Et barbouille à la craie, en de grasses couleurs, Les visages cardés à l'aube des grands deuils. Et il danse, macabre marionnette, aux seuils...

Lire la suite

Ossuaire

Ossuaire

... Certes, il faut perdre un peu de notre pesanteur pour s'élever plus haut ... Le corps sait bien qu'il doit mourir, Il connaît le dessin de ses os sur la cendre. Il s'en fout, lui, de la métaphysique Et des pieuses paroles. Et l'âme, elle a beau faire,...

Lire la suite

L'espoir

L'espoir

Maurits Cornelis Escher, (1898-1972), "Dessiner" Ma main au bout de mon bras, Mes doigts au bout de ma main ; Le crayon au bout de mes doigts. Au bout du crayon la page où je griffonne, Au bout de la page, l'horizon ; Au bout de l'horizon ma voix qui...

Lire la suite

Mère-grand

Mère-grand

Un souvenir en super-huit... Parfois je pense au vieux visage, Si creux, si doux, usé ; marqué De taches brunes, mais si sage ; Grand-mère, que j'ai tant aimée... Tu gardais de ton vieux printemps L'éclat luisant dans tes beaux yeux ; Si grise, vaincue...

Lire la suite

Stances

Stances

Francis Bacon (1909-1992), portrait de Michel Leiris Ton souffle sur ma bouche, La sueur à notre échine, La chaleur de nos peaux et leur consentement, Cet assoupissement de nos corps épuisés Qui cherchent dans la chair des raisons d’espérer : Arrachés...

Lire la suite

1 2 3 4 > >>