Vieux matou

Vieux matou

... Je me sens comme un marbre effondré dans sa ruine ... Les enfants sont rentrés, je crois. La rue déserte Ne sonne plus soudain de rires où de pleurs, De ces drames puérils pour de vaines raisons, Qui font de leur chamaille un théâtre de cris. Plus...

Lire la suite

Intime blessure

Intime blessure

... Vivre n’est plus, alors, que recoudre une trame et recouvrir de pas ce qui fut notre trace ... La jeunesse insouciante chante en son printemps, La joie, le plus souvent, habite les cœurs neufs ; L’ivresse est un bonheur fugace mais prégnant, Il colore...

Lire la suite

Gruppetto

Gruppetto

... Où bêle l'art de l'Abélard que sa belle larde ... Le falsetto Qu'affolent ces taux, La baraque à La baraka ; Le baroque Au beau roque, La belle brise Qu'Abel, là, brise ; Où bêle l'art De l'Abélard Que sa belle larde ; Sous bonne garde, Se groupent,...

Lire la suite

In memoriam Aylan Kurdi

In memoriam Aylan Kurdi

... L’avenir face contre terre, le sable emplissant ses narines ... n’a plus pour abri qu’un cercueil ... La guerre a jeté sur les routes Les exilés, les sans patrie, Réfugiés de sombre misère, Noyés d’un rêve assassiné. Les enfants morts sur une grève,...

Lire la suite

Parmi les particules

Parmi les particules

... Polyphonie bavarde où vont les cœurs humains tels, au gazon, l’insecte obtus en son ouvrage... Cette bestiole obtuse passe d’un brin d’herbe À l’autre, et peu à peu, revient sur elle même En sa marche obstinée. L’espace se répète, Ainsi, en mille...

Lire la suite

Sûr de l’erreur

Sûr de l’erreur

... Puis voici qu’on prend un parti, sûr de l’erreur, sombre et maussade ... C’est quelque chose d’indistinct, Sentiment d’un vague tempo, Scrupule, écharde sous la peau, En nos mains le doute incertain. Et le corps gîte à l’immobile, Comme le mâtin en...

Lire la suite

Murs du temps

Murs du temps

... Il faut entrer en résistance, défier le roquet qui nous mord et se briser aux murs du temps... Il faut entrer en résistance, À chaque heure, en chaque minute, Vivre est cet écueil, au néant, Battu sans cesse d'un brisant. On n'existe qu'en s'opposant...

Lire la suite

Où s’échappent nos lendemains

Où s’échappent nos lendemains

... Retenant le sable en nos mains où s’échappent nos lendemains ... Vivre, en ces plates transhumances Où recommencent nos cadences, Religion de nos horizons, Relique aux cliques de nos noms. Ainsi va-t-on de place en place, Où se délave notre espace,...

Lire la suite

1 2 3 4 > >>