Vers la nuit

Vers la nuit

... Antre d’obscurité, ses volets en clôture, mon âme en la maison est un ventre d’ennui ... La nuit ne nous a pas apporté la fraîcheur, Le mot de canicule s’inscrit à mon front, Chaque geste paraît un inutile affront, Le temps, plus que jamais, est un...

Lire la suite

Fruits rouges

Fruits rouges

... Fruits rouges et souvenirs verts... 1. Nous allions chercher des cerises : « Défense de monter dans l'arbre ! » Enfant je découvris, mythique, La belle corne d'abondance. Prendre, saisir et grappiller, Les doigts collants de ce sang pourpre, Au suc...

Lire la suite

Chantez pour moi...

Chantez pour moi...

Avant le Droit du travail un ingénieur pouvait être mortellement défenestré par des mineurs exaspérés (26 janvier 1886 à Decazeville) ; des enfants ouvriers de 11 à 20 ans se faisaient massacrer à coups de fusil de guerre dans les rues de Fourmies (1er...

Lire la suite

Vagues murmures

Vagues murmures

Jan Van der Meer, dit Vermeer (1632-1675), Vue de Delft, détail Vagues murmures Quand je m’endormirai, serein devant la nue Et tout persuadé de ma gloire posthume, Je n’aurai nul remord et la muse, farouche, S’en viendra adouber ma dépouille terrestre....

Lire la suite

Creux rituels

Creux rituels

... Mes contes ne sont que d’octets ... nuls tomes ou poudreux grimoires ... Ce soir, un peu découragé, J’hésite au seuil des mots dormant, La page frémit sous mes doigts, Le verbe à ma lèvre fredonne. Allons, c’est bon, je m’abandonne, Aparté, encore...

Lire la suite

Territoire étranger

Territoire étranger

... et, sous la feuille blanche il est un seuil livide ... Il est en mes remords, ainsi qu’une amulette, Un talisman de verbe où ma rime s’emploie, Totem inaccompli de ma propre chimère En l’abside ajourée que mon rite déploie C’est la trame ignorée où...

Lire la suite

En la nuit qui s’avance

En la nuit qui s’avance

Gustav Klimt, (1862-1918), La mort et la vie 1908, détail Dans l’étrange huis-clos de mon âme en carence Déroge la cadence où puise ma souffrance. Ainsi j’ai mon errance en toute déshérence, Sans fin sera la faim où est ma désinence. Je n’ai été, je pense,...

Lire la suite

Quand l’étoile se flingue

Quand l’étoile se flingue

... Où l’outarde m’en dit, si l’effendi se farde on tarde à l’incendie ... Je réponds à la pelle À l’appel du répons, Dont le renom d’icelle À la selle, crénom, Mendie à l’incartade Où l’outarde m’en dit : Si l’effendi se farde On tarde à l’incendie....

Lire la suite

1 2 3 4 > >>