Fourmilière

Fourmilière

... Empêtré dans le faire essayons de penser, ... / Ainsi qu’en leurs ballet, mille obtuses fourmis ... Nous sommes harassés du chant des solitudes,Chaque jour un peu plus, mensonge à nos cœurs prudes,Habillés du manteau des vaines avanies,Comme oripeaux...

Lire la suite

Contresujet

Contresujet

Elias Gottlob Haussmann (1695-1774), portrait de Johann Sebastian Bach, 1748 Il aurait détesté, le vieux Bach de Leipzig,Détricotée soudain aux abords du néant,L’idée que son ultime et admirable fugue,Resta inachevée, son geste suspendu. Au moment qu’il...

Lire la suite

Giron

Giron

... Le corbeau du malheur, noir et terne giron / Croasse dans la nuit ouverte par son cri ... Je n'ai voulu remplir cet impossible rôle,Ce fardeau des douleurs qui s’imposait à moi ;J’ai fui loin des fureurs, dédaigneux de vos peines,Ingrat, je refusais...

Lire la suite

D’un noir sang d’encre

D’un noir sang d’encre

... Voyez ce chevalier à la pauvre figure,/ Prisonnier de son rêve, absurde pilori, ... Pourvoyeur attentif de ma propre détresse Je travaille sans fin à saper mon bonheur,Délavant mes regards au fiel de l’amertume,Je peins la nuit sur l’onde et le drame...

Lire la suite

Métro

Métro

... Dans ce monde poisseux, souterraine imposture / Où l’homme se déprend de l’humaine nature... La rame du métro souffle siffle, lamproieQui feule et se lamente, on dirait qu’elle broieQuelque chose, devant, morne et vivante proie. Brusquement emporté...

Lire la suite

Pour seule saison

Pour seule saison

... Et, dans cette géographie, / Je vais à l’amble, nostalgique ... Je suis le songe d’une étoile,Peut-être d’une galaxie ;En moi gîte, matière noire,La face cachée de la nuit. Je sais que l’univers me fuit,Que l’infini n’est qu’une moire ;Le doute est...

Lire la suite

À peine dessiné

À peine dessiné

Léonard de Vinci, (1452-1519), Saint-Sebastien, esquisse, vers1480, détail Je viens voir où j’en suis de mon prochain poème.Est-il à survenir, ou bien trop vague, encor,Pour naître de ma plume aux virtuelles instances ? Il n’est rien que je puisse induire...

Lire la suite

Vieille ravaudeuse

Vieille ravaudeuse

Hieronymus Bosch (1453-1513), "la mort et la misère", détail S’il s’en revient, le jour, et que je suis céans,Pareil à moi, encor, le cœur face aux néants,Béant dessous la nue comme un caisson d’horloge,Dans l’absence obstinée que le doute proroge ; Dis-moi,...

Lire la suite

1 2 3 4 > >>