La Chartreuse

Publié par Lionel Droitecour

La Chartreuse

À Molsheim, ville où je réside,
il est une ancienne Chartreuse.

pour aller directement  aux vidéos, c'est ici
pour aller directement  aux photos, c'est là

Il s'agit là d’un ordre religieux, fondé en 1084 par Bruno le Chartreux, natif de Cologne, vers 1030, mort le 6 octobre 1101 à l'ermitage de la Torre, aujourd'hui chartreuse de Serra San Bruno en Calabre.

Une notice ancienne nous apprend qu’« ayant quitté le monde, il fonda l’ermitage de Chartreuse et le gouverna pendant six ans ». Quitter le monde ici, ne signifie point trépasser, comme on pourrait le penser de prime abord, mais s’en soustraire à la recherche de la solitude.

Le premier monastère fut élevé en Savoie, dans le massif de la Grande Chartreuse, qui donna son nom à l'ordre. Ce dernier a perduré jusqu'à nos jours, à son exemple et selon ses principes. Les pères chartreux y vivent leur solitude dans le sein d’une communauté, se rassemblant uniquement pour le moment des offices dans l’église conventuelle.

En 1371, 150 établissements de Chartreux étaient répartis sur le territoire de l’Europe de ce temps ( source : Wikipédia ). Ils arrivèrent à Molsheim en 1598, chassé de Koenigshoffen, dans les environs de Strasbourg, par les troubles liés aux guerres de religion. Raison pour laquelle, sans doute, les pères jugèrent-ils bon de chercher refuge, pour plus de sécurité, à l’intérieur des murs d’enceinte de la cité, ce qui constitue, en soit, la principale particularité du site. La règle en la matière était plutôt de s’installer au « désert », au sens spirituel du terme, c’est à dire loin du monde et de ses convulsions.
Quelques deux siècles plus tard, la révolution française devait pourtant sonner le glas de la Chartreuse de Molsheim.

Son église fut incendiée, ses biens saisis ; vendue et démembrée, la chartreuse disparut peu à peu, absorbée par le tissu urbain d’une cité oublieuse de son passé.

Mais sa mémoire ne s’en était cependant pas complètement dissoute, et vers la fin des années 1980, un groupe d’irréductibles bénévoles entreprit de sauver ce qui pouvait l’être, de relever, de reconstruire et d’embellir ; de rendre à la vie, de s’engager dans ce qui devint, au fil du temps, une véritable résurrection du site.

Il est temps, pour moi, de leur laisser la parole

 

 

 
 
 
 
 
 
Alors que j’œuvrais au sein de l'APAC, Association Pour l'Animation de la Chartreuse, en charge d’y proposer des événements culturels, j'ai, à plusieurs reprises, participé à l'organisation de soirées consacrées aux noces de la poésie et de la musique...
Voici quelques vidéos

Commençons par les mots et la musique d'une grande artiste alsacienne : Sylvie Reff

Quand un oranger irlandais rencontre les Ouménés de Bonada d'Henri Michaux

Un sermon en proverbes, suivi du chant des oiseaux de Clément Jannequin

Denis Bergerot présente l'organistrum, ancêtre de la vièle à roue, en compagnie de Guy Mercier

Les pères chartreux dansaient-ils la java au son de l'orgue de Barbarie ? Nul ne le sait...

Denis Bergerot présente la vièle à roue, Guy Mercier s'amuse et muse avec les mots...

Voici un survol rapide de la saison 2005 des "Vendredis de la Chartreuse", avec l'eclectisme pour unique fil conducteur

J'y ai également  réalisé de nombreuses
photographies, en voici quelques unes :

La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse
La Chartreuse

Espace préservé au cœur d'une cité,

la Chartreuse de Molsheim demeure un lieu intemporel, empreint de spiritualité et de calme. Le visiteur y trouve une atmosphère particulière et le poète une source d’inspiration.

J’ai rassemblé en un recueil intitulé «  les murmures du désert » vingt-trois poèmes qui m’ont été, en quelque sorte, soufflés par le silence qui s'exprime en cette paix.

C’est un recueil virtuel, jamais édité à ce jour. Je vous l’offre ci-dessous, au format pdf.

Cliquez sur le lien et il s’ouvrira. Si le logiciel que vous utilisez le permet, affichez deux pages en vis-à-vis. Vous aurez ainsi sur le même plan la photographie, à gauche, et le poème qui lui répond, à droite.

Ces sonnets ont été composés, pour la plupart, il y a de cela plusieurs années. Sans doute aujourd’hui ne les écrirais-je plus, ou bien avec une toute autre sensibilité.

Ce recueil virtuel est un don aux bénévoles qui font vivre le site, ainsi qu'à tous ceux qui les soutiennent. Il n'a pas vocation à faire l'objet de commerce.

Enfin, parmi les nombreuses associations

qui gravitent autour des bénévoles de la Chartreuse, je vous recommande

"Art et cloître",

créée en 2006, qui propose, chaque année des cycles de conférences sur les thèmes de l'histoire de l’art et la spiritualité.