Futile miroir

Futile miroir

... Alors, comme au matin, jadis, au tableau noir, / On inscrivait la date au déchant de la craie ... Le rêve, sans arrêt, nous dicte une échéanceEn son message obscur encombré d’illusions,Et l’on s’éveille ainsi d’une sente improbableOù nos pas égarés...

Lire la suite

La ronde de nuit

La ronde de nuit

Fernand Pelez (1843-1913) Grimaces et misères ou les Saltimbanques Je suis affamé de visages. Ainsi, dans les livres d’images, En noir et blanc je cherche trace Des rives où le cœur prend place. Il n’est ancien le temps d'antan Où, de l’humble, on fige...

Lire la suite

Décompte

Décompte

William Carrick (1827-1878) Le marchand de boulier, détail Nain de Troie,Quatre saints sis à Sète,Huître, nœud, feu,Dis, on se pousse ? Nonces : douze. Édit, neuf fuites,Cette scies,Ceints qu’adroits d’eux : Un héros mars 2006 Abonnez-vous ! Il ne vous...

Lire la suite

En ma propre lésine

En ma propre lésine

... Comme l’avare envieux dont l’or paie la misère ... Je suis si las, ce soir, d’extrême lassitudeLes épaules courbées et le corps en gésine,Mes voiles affalées, mon ancre mise en terre. Chaque jour un peu plus je sens que je m’enferre,Et chaque jour...

Lire la suite

Les syllabes

Les syllabes

Année scolaire 1965-66, école Emile Zola, rue René Viviani à Montluçon, mon livre de lecture... L’odeur est un puissant ressort à la mémoire.Souvent nous retrouvons l’instant, enfoui, secret,Qui nous rend l’émotion de la petite enfanceLorsque, au-delà...

Lire la suite

Émotions perdues

Émotions perdues

Ulrike Bargmann-Bosselmann (née en 1964), Zum Meer Cela poursuit son cours, le temps ne finit pas, Cette immobilité que trompe les aiguilles Insiste en sa période et marque le rebours, Il n’est qu’en ma poitrine une battue certaine. Ainsi va le discours...

Lire la suite

Déductions

Déductions

L’union fait la vigueur,L’oignon, lui, donne l’heur,Et l’pognon bonne humeur. Le rognon fait l’bouillon.Le moignon, l’air couillonEt toi gnon l’horion. Le mignon c’est tout commeLe trognon c’est la pommeSignons donc cet axiome. avril 2010

Lire la suite

Caméléon

Caméléon

... Ma peau change de ton / C’est selon, c’est selon ... Je suis né gros, J’ai la peau blanche et le nez gros Mais si j’entends « Sale négro ! » Mon œil se fronce, Ma peau se fonce. Aux pentes du Massif Central j’ai grandi, De souche paysanne, gamin introverti....

Lire la suite

Océan songeur

Océan songeur

... Je fais de mon chagrin et l’embrun et l’écume / D’un océan songeur fait d’heurs et de rumeurs ... Chaque jour je dérobe au quotidien cuisantLes gouttes de rosée d’un nectar bienfaisantDont j’arrose, rêveur, en mon vert potager,Chaque plant qui, dès...

Lire la suite

Profanation

Profanation

... Je voyais dans ses yeux brûler d’étranges flammes ... Je croyais au bon dieu comme y croient les enfants,Dans les volutes bleues, je respirais l’encens,Vêtu de l’aube blanche aux marches de l’autel,Je portais le calice et chantais avec zèle. J’aimais...

Lire la suite

Défaite de l’esprit

Défaite de l’esprit

Caspar David Friedrich (1774-1840) L'abbaye dans une forêt de chênes, détail 1. La parole des dieux n’est qu’un vaste mensonge,Mots de pierre, gravés en des frontons pompeuxQui bornent l'agora de cet inconnaissable,Limite, au firmament, de nos craintes...

Lire la suite

L’imaginarium

L’imaginarium

... J’écris pour supporter le temps ... En l’aube j’ai mon scriptorium, Au petit jour m’y joint la muse, Et dans le calme en son calame, Grave, grave un vers envolé. Ici est mon joyeux tollé, Ribambelles je n’ai qu’à l’âme, En ces rôles mon graphe muse...

Lire la suite

Confusion

Confusion

Wilfred Jenkins (1857-1936), Port sous la brume, détail Je me suis réveillé d’une mauvaise nuit, Maussade et tout peuplé de ma désillusion, Comme ce passager dans la brume du port. Accastillé, pourtant pareil à l’oiseau mort, Empli d’une trop vague ou...

Lire la suite

Conflagration

Conflagration

Sans discrétionLa digressionDe l’agressionM’agrée : scions ! Si sont agrèsSont-ce magretsAu son maigre etAigres congrès ? Si graisse y ontEngraissionsEn Grèce ions ; Les concrétionsDu congre, à Sion :Conflagration ! août 2015

Lire la suite

La meute va bon train

La meute va bon train

Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), Chasse au loup, détail Quel front, jamais, se lève en notre abaissement,L’espoir n’est-il jamais qu’une vaste cimetière,Faut-il, en sont labeur, annihiler la chanceEt de quel chancre humain sommes-nous la victime ? Il...

Lire la suite

En la rade étrangère

En la rade étrangère

Fernand Pelez (1843-1913), La Vachalcade 1896, détail Je vois le déplaisir peu à peu s’inviterAux berges de ma vie qui aperçoit son terme,En cet espace, friche, où la vieillesse meutSon tracassin amer qui boite au lendemain. Voici, le jour proscrit s’échappe...

Lire la suite

Endocrinologie

Endocrinologie

... Plus qu’un duo de nonnes ... L’iléonDe Léon ; L’intestinDe Baptistin ; Le péritoineD’Antoine ; Le PancréasD’Andréas ; Et le duodénum,Plus qu’un duo de nonnes, S’endoctrinent au logisDe l’endocrinologie. août 2015

Lire la suite

Lices de l’absence

Lices de l’absence

Licteur, musée archéologique de Vérone, © José Luiz Bernardes Ribeiro Je n’ai su faire ici tenir cette rengaine,J’y reviendrai demain pousser mes chansonnettes :L’air, je le sais déjà. Et ma libre paroleY saura s’engouffrer ainsi qu’en sa caverne Un vieil...

Lire la suite

Au charlatan d’airain

Au charlatan d’airain

... Tu existas naguère au souffle qui est mien, / Toi, la proche inconnue séparée de mon sein... Quelque chose me trouble, en moi tremble soudain,Est-ce mon cœur qui doute en cet amour ancien ?Il était ma redoute aux ciels ultramarins,Oriflamme songeur...

Lire la suite

Fourches caudines

Fourches caudines

... Et, dans le doute de l’instant, / Toute complainte n’est qu’un râle ... J’ai interjeté mon appelEn l’instance outrée de la nuit,Mais je fus débouté : cruelEst le synode de l’ennui. J’irai sans doute en cassation, Épuisant mon dernier recours,Et dans...

Lire la suite