Escarbilles

Escarbilles

... Poèmes comme autant d’escarbilles saisies / Au brasier qui consume, ici-bas, nos vains leurres... L’air a fraîchit, bien sûr, octobre est dans nos lices,L’onglée s’en va venir, le gel est pour bientôt,Encore un long hiver pour clore notre écotSur...

Lire la suite

Impossible séjour

Impossible séjour

La Dispute des philosophes, détail, attribué à Jean François, vers 1634 1 Partout, autour de moi, des moribonds de l’âme ;Ces décombres d’ego aux pas mélancoliquesFigés dans un paraître, encombrés d’artifices,Rumeurs sous le boucan d’une société vide....

Lire la suite

Bègles

Bègles

John James Audubon (1785–1851), Héron Pourpre, Planche 256 des oiseaux d'Amerique Brève, une trêve rêveOù s’achève la grève,Hâve une rave esclaveCave une enclave sage ; Songe en sa longe un songeOù rompt l’héron je rongeLa doge ici déroge,Aux loges s’interroge...

Lire la suite

Зеркало ( Le miroir)

Зеркало ( Le miroir)

Andreï Tarkovsky (1932-1986) et son fils Arseni, né en 1962 D’après l’œuvre d’Andrei Tarkovski 1. L’enfance est un sanctuaire où l’on se réfugieLorsque, lassé du monde, en sa presse et son bruitOn recherche une rive où poser son regard ;Une trace subtile,...

Lire la suite

Caron n’y consent

Caron n’y consent

Héraclès apportant Cerbère à Eurysthée, Hydrie à figures noires, vers 450 avant JC Toucher, au calembour, le parfait de l’absurde,Mécanique de sons que le sens contrefait,Pareil à l’horloger du néant, satisfaitDe savoir en son art le temps lui échapper....

Lire la suite

Survivance

Survivance

Giacomo Girolamo Casanova (1725-1798), extrait du manuscrit de "l’Histoire de ma vie" Morte ma destinée. C’est au bord du cheminQue périra, demain, mon âme, parcheminQue j’ai tant griffonnée de l’inepte ratureDe ce verbiage abscond, pour tromper ma nature....

Lire la suite

Terre cuite

Terre cuite

Henri-Théophile Bouillon (1864-1934) Petit buste de Saint Jean Baptiste enfant, détail Ne pas laisser mourir l’enfant qu’on porte, soie ;En la retraite intime ultime et seule voieQui s’entrouvre en nos cœurs, murmure sur la seille,Ruisselante dans l’heure...

Lire la suite

Où le verbe s’invite

Où le verbe s’invite

... Je serai en ces bords, en l’intime milieu, / Le scribe inconnaissant que la parole habite ... Je reviendrai tantôt vous faire un commentaire,J’ai besoin de penser, je ne sais comment faire,En l’acmé, quelquefois, le beau savoir m’échappeEt je me sens...

Lire la suite

Passeurs d’ombres

Passeurs d’ombres

... Et l’adieu murmuré contient la gerbe intacte ... Observe le silence en cet instant fortuit,Lorsque le verbe manque et lorsque le temps fuit,Boucles d’inachevé en ce qui n’est pas ditAux lèvres délacées, proche, le cœur bondit. Ce qui se tait, parfois,...

Lire la suite

Présent tâteur

Présent tâteur

... Il n’y en a que pour lui, / En son frac il reluit ... C’est très ex-actement treizeHeuresDit le présentateurEn son présent d’acteur. Parlons,De ce pas, lon-guement,Gaiement,Des gréementsEt des onguents. Ses invitésL’un vite etL’autre évité Se taisent.Il...

Lire la suite

L'historien

L'historien

Mont Beuvray en Morvan, Bibracte site de l'ancienne capitale du peuple Éduens, (photo LD) Jeune homme passionné, quoiqu'un rien famélique,Il donnait à l'histoire une amour, mêmes flammes,Qu'une idole maîtresse, en jalouse marâtre,N'eût oser exiger de...

Lire la suite

Où tout monte et reluit

Où tout monte et reluit

Camille Corot, (1796-1875), Paysage de la campagne romaine, détail Il est en mon ruisseau un chœur simple et ténu,Un courant le parcourt, en son amble menu,Loin de sa source vive en un ciel inconnu ;Passe parmi les ombres son chant ingénu. Il est, de...

Lire la suite

Horizons perdus

Horizons perdus

... Puis gésir un peu plus en la nocturne instance ... Le jour ronfle et se plaint et perdure et se meutVague, comme mon cœur qui ne sait ce qu’il veut,Si ce n’est que poursuivre en cette aube aux aboisDans l’espérance vaine, un peu plus, chaque fois....

Lire la suite

Interro

Interro

Quelle perte immense est pertinence ? À qui est que j’acquiesce ?Acquis longs aquilons ?Qui démâta cette armada ?Quels torts mata Torquemada ? Si Confucius conçut six fûts,Est-ce qu’on fut ce confus ?Caisses fêlons, qu’est ce félon ?Est-ce aux maquis...

Lire la suite

Pause à Pau

Pause à Pau

Pau, un balcon sur les Pyrénées À Pau,L’appeauÀ potDe ce dépôt Fournit la peau,Lope aux É paules,Aux oripeaux. Serpe auxCeps hauts,Mais sans repos, S’opposentAux pausesLes pipeaux. octobre 2010 C'est la première question que l'on se pose en arrivant dans...

Lire la suite

Gavroche

Gavroche

Victor Hugo (1802-1885), Gavroche rêveur Le monde ronfle, au loin, dans ses bruits de moteurs,On dirait une bête au repos, malfaisante,Elle attend notre vie pour la broyer tantôtDans sa griffe de fer ou d’acier dévorant. Comme une proie scintille au bec...

Lire la suite

Circonvolutions

Circonvolutions

... Et, nostalgiquement, nous tournons sur nous-même / Ivre d’un amour fait de circonvolutions ... Lueurs en les azurs encombrés de clartésLes êtres sont des astres où la chair, le sangFeux solaires suppléent , bruyante carnationL’énergie de ces puits,...

Lire la suite

Balancelles

Balancelles

... Leurs pieds légers s’y mêlent, / Leurs gambettes décollent : / Telles sont les oiselles... Les fillettes frivolesVolent aux balancellesOù leurs boucles s’envolentOboles dans le ciel. C’est là qu’après l’écoleRouges robes d’icellesEn folles farandolesFrôlent...

Lire la suite

Hagard et nu

Hagard et nu

Francisco Goya, (1748-1828), Disparate de carnaval, détail À chaque jour suffit sa peine,La mienne traîne, jour à jour,Aux labours de chaque géhenne,Aux antiennes du contrejour. Et dans la nuit qui me gouverne,En berne, où donc mon sombre fruit ?L’ennui...

Lire la suite

Formes et visions

Formes et visions

... J'erre, perdu aux frondaisons / Au cœur des simples déraisons... Je suis au pays de morphinePoint encore de la mort fine,Je plane entre veille et sommeil,Étrange au port de mon réveil. Je ne sais ce qui s'organise,En mon orée pas toujours grise.Formes...

Lire la suite