Chanson de balivernes

Chanson de balivernes

Raoul Dufy, (1877-1953) Clowns musiciens, détail Gens de biens ou bien gens de peu Ils s'accrochent aux croches Et s'opposent aux pauses, Réprouvent l'anacrouse − À moins qu'ils ne l'éprouvent, Aux soins de l'agogique Livrant toute logique. Ce sont les...

Lire la suite

Hâbleur solaire

Hâbleur solaire

... Ce qu’il fut ce menteur déjoué par l’automne / Qui, d’un voile de brume, habille sa clarté ... Ce que fut le soleil, aux niches de l’été, Quand sa fureur blondit aux champs des canicules, Où sa splendeur culmine et fulmine en langueurs Aux perles...

Lire la suite

Commodus Augustus

Commodus Augustus

Lucius Aelius Aurelius Commodus Augustus, empereur romain qui régna de 180 à 192 Commode n’était point commode, Car en son temps c’était la mode, À Rome, empire où se corrode Même le colosse de Rhodes. L’empire empire et d’empereurs En empereurs, signe...

Lire la suite

Celphone

Celphone

... Et ce flot de verbiage abroge la personne ... Elle est seule, elle est gaie, parle pour elle-même, Vaguant à petits pas sur le quai de la gare, Au milieu des gens, comme au milieu de choses, Elle n’est qu’un ego dans un désert de songes. Elle parle...

Lire la suite

Cœurs infertiles

Cœurs infertiles

...C’étaient de jeunes gens, / Filles au cœur léger, gamins montés en graine ... On voyait le public… C’étaient de jeunes gens, Filles au cœur léger, gamins montés en graine. Plein cadre était le chef face à la partition, Et l’on jouait de Bach une transcription....

Lire la suite

Sur l’étoile polaire

Sur l’étoile polaire

… Puis dans l’obscur, enfin, sous l’étoile polaire / Je trace entre mes vers l’écho de mon errance … Je m'en vais, bien souvent, au jardin, lentement, Pratiquer l'art paisible de la solitude. Il ne me faut qu'un banc, retiré, à l'écart Et me voici à l'œuvre,...

Lire la suite

Il ne faut croire en rien

Il ne faut croire en rien

... Une borne s’approche et barre l’horizon, / Lisière en l’infini où tremblent nos contours ... Nous ne demeurons pas, chaque jour nous invente,Et l’on renaît à soi dans chaque matin blême,Pareil à l’infini dans le lieu du poème,Epars et rassemblé dans...

Lire la suite

Telle une porte close

Telle une porte close

... Sinon qu’au grimoire un sermon, / Abscons, telle une porte close ... Quand je n’aurai plus de futur Que deviendra l’instant présent ? Il sera à d’autre que moi, Dont le temps assassin me prive. Quand j’aurai déserté ma rive Il n’y aura plus de pourquoi,...

Lire la suite