Sentes éternelles

Sentes éternelles

Oeuvre de George Lundeen, (né en 1948) Museum of Outdoor Art, à Greenwood Village, Colorado Les filles sont jolies, vives comme une flamme Et les garçons rieurs les poursuivent d’œillades : C’est le printemps vainqueur du chœur adolescent, Moqueur, dont...

Lire la suite

Paravents d’amours

Paravents d’amours

... Gentes accaparées d’un désir d’ostensoir, / Ouvertes, sous la nue, au chant de nos discordes ... Qu’aux seuil de l’innocence, où nous sommes épris, S’en vienne un jour l’enfance encombrée de ses ris, Enluminer nos cœurs, vieillards en leurs tombeaux,...

Lire la suite

Mille frasques

Mille frasques

Edmond Lavrate (1829-1888), « un grand nettoyage » Sans référence Ni préférence, Le révérend Au rêve errant ; En transe, étrange, Transi d’être ange, Estran sans danse Ni transcendance ; Entrant sans ordre En ce désordre Où religions Sont élisions ; Donc,...

Lire la suite

Colomb n’est plus

Colomb n’est plus

... Creuse toujours en ta cervelle, / Hors le papier, point de salut ... Qu’ai-je donc hier au soir écrit, Devant la digue du sommeil, Avant que la nuit m’ait repris Aux rôles d’un songe vermeil ? Qu’était ce ? Ebauche à la volée, Notée, griffonnée sur...

Lire la suite

Argiles

Argiles

... Alors, sans le savoir, je puisais l’espérance ... J’ai connu, autrefois, un lieu calme et paisible Où la douceur de vivre inondait ma jeune âme, En sa fragile enfance. Et ce lieu sur la terre Etait un chœur, au monde, une ample symphonie, De nos humbles...

Lire la suite

Décadence

Décadence

Jacobus Anglicus, Omne Bonum (Opusculum), 1326-1347) Aux temps anciens et décadents Où nul ne se brossait les dents, César avait, c’est décevant D’affreux chicots sur le devant. C’est ainsi qu’un jour l’empereur Tout édenté, tout en fureur Exigea d’urgence...

Lire la suite

Futur sombre

Futur sombre

…Je ne suis déjà plus, consumé en la flamme,/Qu’un éclair passager dans la nuit de l’errance… Cela me sert parfois, à refermer ma porte ; Je n’ai plus tant de temps pour le dilapider. Je dis « j’ai le cancer » et les gens restent cois, Surtout les importuns,...

Lire la suite

Insigne

Insigne

... Voici ma main, ami blessé, / Ne puis que tendre ou bien donner ... J’ai fait un signe de la main À l’âme en peine qui gisait, L’ai cueillie, au bord du chemin, La renoncule à lui donner. Si tout ne peut se pardonner, − Il est tant de cœurs incertains...

Lire la suite

L’enfant aux chiens

L’enfant aux chiens

Briton Rivière (1840-1920) His Only Friend, 1871, détail L’enfant aux chiens n’a pas l’air gai ; C’est lui qui paraît être en laisse Au parc, avec ses deux molosses Qu’il escorte, comme enchaîné. L’enfant aux chiens n’a pas l’air gai ; Furtif, il marche...

Lire la suite

Pour seul aréopage

Pour seul aréopage

Jean-Léon Gérôme (1824-1904), Phryné devant l'Aréopage, 1861, détail Cela suffit, parfois, j’aimerai que tout cesse. Dérisoire pantin tu ne m’amuses plus, Ton commerce chétif, ni tes vains artifices, Ni ce peu qui te sauve à contempler l’éther. Délivre-moi,...

Lire la suite

Concours

Concours

... Voyons poète, allons, qu’as-tu donc en boutique ... Je m’en vais concourir au « Printemps des poètes »… Mais lesquels, donc, choisir dans ce fatras de vers Que j’ai accumulé depuis un millénaire ? Quel thème enluminé, quelle noble fragrance ? Dans...

Lire la suite

Humble charisme

Humble charisme

... Ainsi parfois sourit la simple humanité ... « Faut bien battre les œufs, et puis tu mets le sucre, Et tu fouettes bien vite ou la chose est ratée ; N’oublie pas la levure, un parfum de vanille, Ce sera bientôt prêt, fait préchauffer le four… » Nous...

Lire la suite

Tout chargé de sa chaine

Tout chargé de sa chaine

... Je me vois cheminant ainsi vers ma géhenne ... Un petit oiseau pâle est là, sur le trottoir, Il trottine sans heurt, sans hâte et sans plaisir ; Un gros sac sur le dos il s’en va vers l’école Et tout son corps traduit la peine qu’il y trouve. J’étais...

Lire la suite

Un mot pour un autre

Un mot pour un autre

... Faut se méfier des mots / Et des choses qu’on dit … Comme il était fâché, Il a pris la porte, Il l’a dégondée Et puis, dévergondé, Avec, s’en est allé. Faut se méfier des mots Et des choses qu’on dit… Maudites parfois, celles qu’on ne pense pas ;...

Lire la suite

Assad

Assad

... Au dictateur syrien qui promulgue l’effroi ... Au salaud triomphant qui domine la terre Qui, d’un archet sanglant, ses musiques funèbres Entonne, l’arrogant, où le meurtre est sa loi ; Au dictateur syrien qui promulgue l’effroi, Malédiction d’un peuple...

Lire la suite

Obscurs décombres

Obscurs décombres

... Ainsi sommes parmi les ombres / Fugacement des seuils latents ... C'était acier de bonne trempe, Une âme droite, au tranchant sûr, Verbe sonore et, plus encor, Le rire franc, comme de l'or. Il aimait, au bruit des bouteilles, En levant ses ancres...

Lire la suite

Poursuite

Poursuite

... J’aborderai tantôt l’ultime monologue, / La poursuite exhibant ma vieillesse en ce corps ... Nota : je programme la publication de ce poème, ce 8 juin 2016, alors que je viens tout juste d'entamer le tome 51 de mes oeuvres incomplètes... Et vogue...

Lire la suite

J'écris sans thème

J'écris sans thème

Jean-Bernard Restout, (1732-1797) « Le Poète inspiré », détail Un thème, nom de dieu, voilà ce qu’il me faut, Je vous en trousserai moi, un de ces poèmes ! Ah, certes, pas besoin de fumeux théorèmes, Un thème bon sang d’bois, rien d’autre il ne me faut...

Lire la suite

Règne

Règne

Jean Marie Auguste Jugelet (1805-1874), La vigie de Koat-Ven, détail Découvrir un mystère éploré sous les mots, Gratter, pour l’aviver, l’ancienne cicatrice, Pour délaver ce bleu, dont le ciel nous inonde, Et masque à nos regards l’empreinte spirituelle....

Lire la suite

Médée

Médée

Aimé Nicolas Morot (1850–1913), Médée, détail Ce procédé, - Sans trop céder - Au procès des Pros, s’aidait. Au Pô ? Cédraies : Des proses aèdes ! Et, brossés des prés, Des possédés Sombres aux accès, D’être oppressés Détroussaient des mets. Mais (atroce...

Lire la suite