L’arpète

L’arpète

Vassili Grigorievitch Perov (1834-1882), Le guitariste solitaire, détail Je suis telle une porte ouverte Au jardin qui me déconcerte. Et, l’esprit lourd comme le vin J’attends que s’enfle ce levain Où pousse dans mon âme close Un poème, comme une rose....

Lire la suite

Et comme vont les caravelles

Et comme vont les caravelles

F.E. Wright (1849-1891), Le bateaux de Colomb, la Nina, la Santa Maria et la Pinta Aux âmes damnées de la nuit, Puanteurs, remugles, relents, Ambre et cloaque du désir Je confesse mon paradigme. Oh, cette douloureuse énigme, Vorace mue d’où vient gésir...

Lire la suite

Dessin d’enfant

Dessin d’enfant

... le soleil en travers / Qui darde ses rayons là, dans le firmament ... L’enfant, sur son lutrin, dessinait une fleur. Il avait mis du rouge au crayon de couleur En dépassant, parfois, le contour ; impatient. Tenant crispés ses doigts et sa langue,...

Lire la suite

Indigente paume

Indigente paume

Émile Pierre Betsellère, (1847-1880) Mendiant jouant de la guitare, détail La musique est la somme, où la grâce veut croitre, Des silences rompus par un désir sonore ; Par la main qui bondit, charnel pizzicato, Qui pince la chair nue dans le corps harmonique...

Lire la suite

Tel l’obscur impétrant

Tel l’obscur impétrant

... Plusieurs strophes déjà sont carguées aux mâtures, / Le zéphyr fait danser tant drisses que voilure ... J’ai ouvert, au virtuel, mon dictionnaire de rimes, Pour la bonne mesure, celui des synonymes, Et par sécurité j’ai indexé le site Où est conjugaison...

Lire la suite

Aux ébauches du songe

Aux ébauches du songe

... Terpsichore, muse des chœurs et de la danse, Ashmolean Museum à Oxford ... Bien, me voilà encor, que voudras-tu de moi ? Je me pose en ce lieu, les doigts sur la machine, Tout prêt à prendre note aux vers que tu m’intimes, Disponible, concret et pourtant...

Lire la suite

Parachèvement de l’épure

Parachèvement de l’épure

Maurits Cornelis Escher (1898-1972), Cavaliers L’art de la fugue sur le clavier du vieux Bach Est un chant de victoire illuminant la nuit ; Le plus vaste jamais surgi d’un cœur humain, Au-delà de la forme, ou la musique même. Cette œuvre est citadelle...

Lire la suite

Où la paresse sombre

Où la paresse sombre

... Cherchant le recoin le plus sombre / Où, certes, fraîcheur s’exila ... À pas comptés sous le cagnât À midi sont hommes sans ombre, La canicule les dénombre, Où le soleil les aligna. Un peu comme l’alinéa, Comme la pierre ou le décombre, Cherchant...

Lire la suite