Dans le prêt à penser

Dans le prêt à penser

... Quérir en la rumeur la force de nommer, c’est notre liberté au flux de la parole ... Plus que de gènes, sommes faits de circonstances, Matière façonnée par nos interactions, Unique est l’alchimie que forme nos passions, Nous sommes de ce chœur, assemblage...

Lire la suite

Aux limbes du grimoire

Aux limbes du grimoire

Louis Le Breton (1818-1866) Naufrage de « l’Astrolabe » au large de Vanikoro J’ai ma parure au lieu qu’on nomme l’écriture, C’est mon pays, ma borne aux frontières du vide, Je m’y révèle et m’y contient, et m’en évade, Mais viens chaque matin en fouler...

Lire la suite

Terre rouge, sang d’ocre

Terre rouge, sang d’ocre

Antoniucci VOLTI (1915-1989) Femme assise en terre cuite Mais rien ne nous libère, en ce monde de fer, Où, sans cesse payé d’une amère illusion Nous avançons, sujets d’un asservissement Voulu par le puissant qui fait sa martingale. Tout nous est devenu...

Lire la suite

Dodécalogues

Dodécalogues

... Je cherche mon reflet dans ce miroir sans tain ... Il est une heure au moins qui me tient en éveil, Celle dont j’use au soir, arrachée au sommeil, Ou dans le clair matin, dérobée à l’aurore, Penché sur l’écritoire où mon âme pérore. Et seul face à...

Lire la suite

À Camaron, quinto

À Camaron, quinto

José Monge Cruz, dit Camarón de la Isla, (1950-1992) Siguiriyas, (paraphrase) Ay,ay,ay,ay... No soy, no soy de esta tierra, ni conozco a nadie. El que lo haga. Quien lo hiciera bien para mi niño. que Dios se lo pague... Je ne suis pas de cette terre,...

Lire la suite

Hippo poli

Hippo poli

... L’hippo poli polit sa flamme ... Si s’allie à l’hippopotame. Ali, sa lippe à lui s’entame, L’hippo poli polit sa flamme. Le crocodile, addict, accro, Odile en dit « c’est un escroc : Du codicille on fit accroc ! » Cet affreux six ici s’agrafe On en...

Lire la suite

Sentinelle dérisoire

Sentinelle dérisoire

... Il paraît sentinelle dérisoire et monte une garde oubliée au seuil d'un ciel éteint ... Il fut peint et repeint, puis peint et re-repeint L'ancien banc de jardin dont fond la vieille fonte, Vert de gris empesé de multiples coulures, Arcanes surannées...

Lire la suite

Gros-Jean

Gros-Jean

... Les bruines, les embruns, se dispersent, céans aux nuées parsemées des âmes en lambeaux ... Modestement je pose en la rime volage Un peu de ce souci qui est mien, coutumier, Un peu comme on respire en un ciel carnassier Avide de ce souffle à notre...

Lire la suite