Frontière

Frontière

Chemin frontière entre les Vosges et le Territoire de Belfort Je me sens étranger au monde en ses atours, Environné de vies, de trames singulières Qui croisent mes déports, s’inscrivant dans l’espace Tout comme des objets, sans langage et sans but....

Lire la suite

Trajectoires

Trajectoires

La comète Lovejoy vue depuis la Terre Nous sommes un acmé dans la course des heures,Paraboles outrées, ignorantes du lieuOù finira leur cours. Lancés, naguère, ainsiNous montons vers la cime en ce bref apogée Qui nous verra descendre. Et notre vie ressembleAux...

Lire la suite

Le masque

Le masque

Jan Mandyn ( vers1500-1502 / vers 1559-1560 )la Tentation de saint Antoine, extrait Le temps n’existe pas, c’est l’instant qui nous fuit, Nous laissant orphelins, déshabillés de lui, À contempler l’hier, à craindre un lendemain, Chassé du point du jour...

Lire la suite

Garçon ou fille ?

Garçon ou fille ?

Limaçons et colimaçons, Quand il ne savent leur leçons Font comme font les enfançons. Ils sont punis et vont au coin, Qu’ils ne regardent pas de loin : Là, de fanfaronnades point. Ainsi sont-ils, garçon ou fille, Celui qui reste en sa coquille, Celle...

Lire la suite

L’ange gardien

L’ange gardien

Veille au dedans de moi, furtive sentinelle, Ranime ce brasier afin qu’elle perdure Et brûle en mes ténèbres, cette flamme obscure, L’espérance attiédie sous la cendre mortelle. Où le jour agonise, aux vagues quotidiennes, Souffle, ma petite âme, en ce...

Lire la suite

Où sont tous nos chemins

Où sont tous nos chemins

Librement, sans apprêt, rythmer une cadence, La musique des mots, subtile contredanse, Cache ses oripeaux parmi les vers anciens, Sa mesure en échos qui soient pareils aux siens. Ici le concerto n’appelle le soliste, L’harmonique en son sein, légère,...

Lire la suite

Sous l’agonie des fards

Sous l’agonie des fards

Francisco Goya, (1746-1828), Deux vieillard mangeant de la soupe Il est des fruits secrets que la jeunesse abhorre, Ils murissent en nous dans le creux d’une ride, Et couronnent de gris notre tempe songeuse, En notre corps cavé, sur les claies de l’angoisse....

Lire la suite

Au mépris des haussières

Au mépris des haussières

Je ne veux qu’illustrer, au fusain, chaque jour, L’image que je suis et celle de ma peine, Et puis un peu blottir au chevet de ma rime Cette brève étincelle, en mes yeux, qui s’anime. C’est quelque chose en moi de clair et de limpide, Parure du néant...

Lire la suite

Aux limites du monde

Aux limites du monde

Dans le temps de ma vie, tout à la même place, J’aurais donc vu bâtir, et détruire et refaire, L’homme, en ses mains de fer qui guident les machines, En sa puissance accrue forge l’humble nature. Et certes, nous allons partout porter l’injure, En chargeant...

Lire la suite

Au seuil de l’apparence

Au seuil de l’apparence

Prendre sans fin le monde à témoin de soi-même, Hurlant en la rue vide un nom que nul n’entend, Et de gestes pompeux parer sa parabole En sondant les échos de quelque obscur beffroi. Ainsi sommes rendus au parvis de l’effroi, À quémander, toujours, obstinés,...

Lire la suite

D’une muse clémente

D’une muse clémente

Vieux ronchon, quelquefois, ne saurais-tu sourire, Offrir au monde un peu de ta polyphonie Qui ne soit point inscrite en la disharmonie, Une rive insolée que Terpsichore inspire ? Baste, vieux solitaire, émonde ta chanson, Il est des contrepoints qui...

Lire la suite

Rideaux

Rideaux

Dans le champ du social, enfermé en soi-même, Au milieu d’une foule, au biais d’un truchement, D’un écran, voir autour disparaître le monde, Ego auto centré, lové sur sa personne. Et rien d’autre n’existe où le portable sonne, Rien que cet immédiat, toujours...

Lire la suite

En ma verve embellie

En ma verve embellie

Jardin, à Montréal Du jardin de beauté il faut que je m’en aille, Je quitte, avec regret, l’atelier de rimaille Pour rejoindre l’atour déplaisant de ma ville, Où je dois batailler, en la source intranquille. Muse, tu vas te perdre au milieu des rumeurs,...

Lire la suite

Défilé

Défilé

Tu avais voulu voir, papa, le défilé… Toi, l’ancien maquisard, l’antimilitariste, Qui traitais de mépris la pompe militaire ; « Et tous ces officiers, je les ai vu à l’œuvre Grandes gueules, farauds sur le champ de manœuvre, Quand les balles sifflaient,...

Lire la suite

Vers le calme des cieux

Vers le calme des cieux

Le poème en son rythme et sa rime doublée, Est l’essai de se rendre à son altérité, Conversant avec soi aux trames de l’aurore, L’inconscient se dévoile et longuement pérore. J’en ai fait l’exercice de ma solitude, En cette demi veille est ma sollicitude,...

Lire la suite

Au bord de l’infini

Au bord de l’infini

Govaert Flinck, (1615-1660), Vertumne et Pomone Pauvres sommes de chairs, en chaire et en esprit, Nous, hommes, sommes pairs du monde en son débris, Dans toutes nos facondes sonde un cœur meurtrit Et passe en la seconde en chaque bonde, un prix. Nous...

Lire la suite

Les faux amis

Les faux amis

Le baiser de Judas, extrait d'une fresque à Nohant-Vic Il est de la frairie de la gent cauteleuse, Il fait tout ce qu’il peut pour inspirer confiance, Il parle lentement, calmement, chaudement, Ecarte l’objection et pare à toute glose. Lisse, il est transparent...

Lire la suite

Le sommeil des anges

Le sommeil des anges

Christophe.leparoux, La chrysalide des anges, http://leparoux.blogspot.fr La tristesse habitait ma maison ; Pas le malheur ou la misère, Ni la gêne. Enfant, on ne sait rien du deuil Et la mémoire s’arrête au seuil du jour nouveau. Hier, c’était il y a...

Lire la suite

Où j’ai fait ma maison

Où j’ai fait ma maison

Il ne me fut jamais donné de me rejoindre, À moi-même étranger je ne fus qu’une errance, Étoile au point du jour en un ciel déjà mort. Concrète solitude aux jetées du remord, Objet de mon délire et sujet de ma stance Et parmi les poètes, sans doute, le...

Lire la suite

Près des rives d’Ilion

Près des rives d’Ilion

Pietro Paolo Rubens, (1577 -1640), La chute d'Icare, détail Je passe chaque jour devant l’aéroport, Le train marque l’arrêt, j’aperçois un avion, Au sol, ou parfois même en la piste d’envol. Et puis le train repart et je ferme les yeux. Je n’ai jamais...

Lire la suite