64 articles avec autobiographie

Invite dans les cieux

Invite dans les cieux

... Près de ma mère et de ma sœur, La camarde est en filigrane, Elle a fait son choix, la faucheuse ... J’étais ce môme inquiet, toujours,De ne savoir trouver sa place,Incertain de son moindre geste,Presque aux abois, empli d’angoisse. Mon image, en l’hier,...

Lire la suite

Giron

Giron

... Le corbeau du malheur, noir et terne giron / Croasse dans la nuit ouverte par son cri ... Je n'ai voulu remplir cet impossible rôle,Ce fardeau des douleurs qui s’imposait à moi ;J’ai fui loin des fureurs, dédaigneux de vos peines,Ingrat, je refusais...

Lire la suite

Reculade

Reculade

Ulysse et les sirènes, Vase à figures rouges, Vème siècle AV JC Qu’est ce donc, ce jour là, qui m’aura retenu,Lorsque le vide en moi excavait sa béance,Quand j’ai failli, en lui, tirer ma révérence,Simple, exact et lucide et soudain bienvenu ? Quand tout...

Lire la suite

Clarté du jour

Clarté du jour

Montage photographique d'après le film "Le Miroir" d'Andrei Tarkovsky, (1932-1986) En chaque âme blessée retrouve mon image,Y reconnais, semblable, un peu de mon visage,Me suffit d’un éclat dans l’orbe d’un œil sombrePour que de la famille humaine me...

Lire la suite

Fragrances salines

Fragrances salines

... À contempler le large ... morne randonnée, / Il me vient le remord d’un possible voyage... 1. J’ai toujours en mes mains une grosse valise,Je l’emmène avec moi, partout je la trimballe.Pourtant nul ne la voit, mais seulement, mon dos,Courbé dessous...

Lire la suite

Caron n’y consent

Caron n’y consent

Héraclès apportant Cerbère à Eurysthée, Hydrie à figures noires, vers 450 avant JC Toucher, au calembour, le parfait de l’absurde,Mécanique de sons que le sens contrefait,Pareil à l’horloger du néant, satisfaitDe savoir en son art le temps lui échapper....

Lire la suite

Verbe vain

Verbe vain

... Et lentement, sans déshérence, / J’ai vu tomber la fin du jour ... Je n’ai jamais parlé d’amour,J’ai préféré le geste tendreEt par pudeur je me suis tu,Me suis-je jamais fait comprendre ? Tout me fut légère espérance,J’ai cru ce qu’on nomme vertuEt...

Lire la suite

En cette ignoble soute

En cette ignoble soute

Johann Moritz Rugendas (1802-1858) « Nègres à fond de cale ». Lithographie, détail,1835 Je ne suis pas, vois-tu, chercheur de vérité :Je fauche mon andain. Nulle céléritéEn ceci que j’appelle au sens où est ma voix.Ainsi le mat de hune espère les pavois....

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>