100 articles avec autobiographie

Cendres de naguère

Cendres de naguère

... Et, dans le vain brasier des cendres de naguère, disperser les fumées de notre humble mystère ... Je t’ai haï, je crois, et le regrette encore ; Moi, que le trouble creux de la folie ignore, Je te voyais détruire une lumière en toi Qui n’y pouvait...

Lire la suite

Encens

Encens

... Aujourd’hui de tous ce mystère fumant sous les voûtes de pierre, me restent des odeurs d’encens ... 1. Il fallait aller à la messe. Point de dispense ! Et à confesse, Et puis apprendre les cantiques, Louchant les notes de musiques. « Credo, credo...

Lire la suite

Au frère défunt

Au frère défunt

... Puisses-tu à jamais, comme l’oiseau géant, Glisser sous l’horizon bleuté du firmament ... Tu viens de déserter ton vieux lit de souffrance…Pour toi j’espère un ciel, un Eden, un jardinOù ton âme blessée pourra, enfin, fleurir ;Mon frère, mon chagrin,...

Lire la suite

Théâtre d’ombre

Théâtre d’ombre

Philippe Caubère, interprète "La danse du diable" Je n’aurais pas vécu, j’aurais rêvé ma vie, Projetant, sur l’écran de mes paupières closes, Au rebours de mes jours qui s’épanchent dans l’ombre, La fiction délavée de mes désirs sans nombre. Là, dans...

Lire la suite

Jadis

Jadis

Floue et surexposée, comme le souvenir... Tu appelles, je sais, toujours mon cœur attend, Il t’entend chaque jour, malgré le poids des ans, Petite fée, jadis, évadée dans le temps. L’illusion de ta voix, calme au chevet du vent, Délavée par les pluies,...

Lire la suite

La révélation

La révélation

Aline D, (1959-1960) Il fallait bien qu’ici, sans doute, j’aboutisse, Est-une fin, en soi, ou un nouveau début ? Je reste circonspect : un verbe s’est écrit, Devant moi, sous ma main, une vérité blême. Je suis abasourdi de ce dernier poème, Ainsi donc...

Lire la suite

Math est l'Attique

Math est l'Attique

L’algèbre fut ma fièvre et me semblait maudire, Insondable prison de ma pauvre âme vide. Thalles et Pythagore, en complices d’Euclide, Jadis dieux tout puissants dedans leurs morne empire, Ont oppressé longtemps, en l’art mathématique, Le cancre que j’étais....

Lire la suite

Pauvret

Pauvret

... Et je me balançais, pauvret dans mon lit cage, sans rien connaître, alors, du dol de la névrose ... J’errais, toujours, je crois, en de vagues contrées, L’esprit sans fin tenté par de nouveaux voyages Et, l’œil souvent perdu dans le flots des nuages,...

Lire la suite

Obésité

Obésité

... Engorgé, bourré, saturé, d’âme et de corps défiguré au seuil de mon obésité ... Je suis empli, rempli, gavé Au-delà de la satiété, Mais en moi un vide est gravé, Cens à mon intranquilité. Je ne viens autant que je vais, En chemin restent mes étais,...

Lire la suite

Vers le calme des cieux

Vers le calme des cieux

Le poème en son rythme et sa rime doublée, Est l’essai de se rendre à son altérité, Conversant avec soi aux trames de l’aurore, L’inconscient se dévoile et longuement pérore. J’en ai fait l’exercice de ma solitude, En cette demi veille est ma sollicitude,...

Lire la suite

Le sommeil des anges

Le sommeil des anges

Christophe.leparoux, La chrysalide des anges, http://leparoux.blogspot.fr La tristesse habitait ma maison ; Pas le malheur ou la misère, Ni la gêne. Enfant, on ne sait rien du deuil Et la mémoire s’arrête au seuil du jour nouveau. Hier, c’était il y a...

Lire la suite

Où j’ai fait ma maison

Où j’ai fait ma maison

Il ne me fut jamais donné de me rejoindre, À moi-même étranger je ne fus qu’une errance, Étoile au point du jour en un ciel déjà mort. Concrète solitude aux jetées du remord, Objet de mon délire et sujet de ma stance Et parmi les poètes, sans doute, le...

Lire la suite

Raphaël

Raphaël

Enfant, tu avais l’air bonhomme et sûr de toi, Hâbleur et grande gueule, un rien râleur, sournois, Qui te carapatait, en douce, dans mon dos, Après avoir chipé, odorant et bien chaud Le pot de confiture imprudemment laissé À tiédir à portée de ta mine...

Lire la suite

Mathématiques

Mathématiques

Cherchez l'auteur... Te souviens-tu, gamin, tes leçons de calcul,De la lourde hébétude en ces journées d’hivers,Au giron d’une classe, alors ton univers ?On y voyait le gel, mauvais, derrière la vitre, Épier l’écolier, penché sur son pupitre.Tu avais...

Lire la suite

Promeneur du soir

Promeneur du soir

El Greco, (1541-1614), L'évangile selon Saint Jean, détail Juste un pas de côté, dans la presse du monde, Le poème est ce lieu où ma trame s’abonde ; J’y enrichis, parfois, du doute que j’inscris Acronyme, la rime où se perdent mes cris. Je donne, partageur,...

Lire la suite

Maraudeur

Maraudeur

La marelle, c’était les filles, Les garçons, nous jouions aux billes, Aux gendarmes et au voleurs, Jusqu’aux sonnettes des quatre heures. Mais moi je n’aimais pas l’école Et lorgnais, loin des farandoles, Ceux dont je craignais les risées, Les bourrades...

Lire la suite

Au verseau de ma rime

Au verseau de ma rime

L'auteur, à quelques cinquante années de distance... J’ai connu cet enfant qui gardait le silence, Presque toujours inquiet et coupable de vivre, Que la mort, au matin, le frôlant de son aile, Avait rendu muet du nom qu’il fallait taire. Dès avant la...

Lire la suite

Deal

Deal

Non, sûrement pas tous, Pas tous les souvenirs ; Je rayerai les pires, Ceux qui faisait mourir La flamme pourtant douce En ma pauvre bougie. Je laisserai les cris L’insulte et la folie ; Je bâtirai un mur Entre moi et l’injure Au pays d’amnésie ; Puis...

Lire la suite

Mercy

Mercy

J’ai pas guéri de mon enfance, Parce que j’ai pas eu de chance La mort c’était dedans ma vie, J’étais son reitre, son nervi. Et je m’en suis jamais remis, J’ai fait semblant, ami-ami Avec cette vieille roublarde Désormais je dis « la camarde ». Elle me...

Lire la suite

L’escargot

L’escargot

Je suis un escargot. Ma tendre carapace Enferme une chair nue, menacée d’impudeur, Si lente à se mouvoir, si prompte à s’emmurer. Toujours en mon voyage demeure amarré À l’hélice trapue qui recèle mes peurs, En ce baveux sillage où se glisse ma trace....

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5