92 articles avec sensation

Quatrain du matin

Quatrain du matin

Katsushika Hokusai, (1760-1849), Vent frais, par matin clair, détail Au matin, près de l’aube, où ma raison chemine, Il me vient ce débord où la pensée culmine. Lors, un poème nait au-delà de mes doigts, Éclat de vermillon que le soleil rudoie. août...

Lire la suite

Au néant de nos yeux

Au néant de nos yeux

... Comme dans Cyrano, vain donneur de séné ... Le sourire contraint et la mine gênée, Deux inconnus, là sur le quai, vont se parler. Car il n’est pire chose, enfin, que le silence Et puisqu’on est ensemble, il faut que l’on babille. Lors, on cause du...

Lire la suite

Coupes rases

Coupes rases

... Désormais des engins, ... élaguent ... monstres froids, / Ces princes de l’azur renversés sans égard ... Les sapins, vers le ciel, en vain, pointent leurs doigts : Leurs cimes vont bientôt s’effondrer sous le ciel, Le bûcheron s’affaire en ses sinistres...

Lire la suite

Un regard dans l’onde

Un regard dans l’onde

Robert William Vonnoh (1858-1933), Coquelicots J’ai vu danser les hirondellesSur les coquelicots vermeils,Blondes, les moissons y vibraientSur les tiges, d’or couronnées. Le doux soleil du bel étéEmbrassait l’air d’éternitéEt mon âme en était saisie,Comme...

Lire la suite

Étiage

Étiage

... Je me sens étranger du lieu même où je suis, / Nul et non avenu ... Il sera temps bientôt de plier mon bagage,Et, déjà sur le quai, je regarde passerAutour de moi ces gens qui semblent se hâter,Projetant, sans cesser, un désir hors d’eux même. Suis-je...

Lire la suite

Comme la neige

Comme la neige

... Ainsi la vie nous offre-t-elle / L’éclat d’un songe en devenir ... Quelle trace aurai-je laissé,Dans l’âme neuve de l’enfantAssis un jour à mon côté,Humble parfum du court instant ? Quelle graine aurai-je semée,Quel germe en la terre ingénue,Pousse...

Lire la suite

Extase d’un moment

Extase d’un moment

Edward Munsch, (1863-1944), La mélancolie Allez, va continue, évite la question,Comme la fleur des champs contente toi du ciel,De la tourbe nourrie d’un ego substantielOù ton songe divague au vent de l’émotion. C’est assez pour ta vie de la brise qui...

Lire la suite

Rectitude

Rectitude

... Nul corps contre le mien qui ne sait que gésir, / Désormais, où le vivre est une rectitude ... J’ai froid, si froid, ce soir en l’ample solitude,Mais le gel est en moi, nul ne viendra tiédir,Contre mon parchemin, sa jeune peau vermeille. Adieu l’humble...

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>